Brewtroleum : une brasserie fait de l’essence avec de la bière
Actu bière

Brewtroleum : une brasserie fait de l’essence avec de la bière

Faire de l’essence pour moteur thermique avec les déchets de la préparation de la bière Brewtoleum, voilà ce que propose cette brasserie Néo-Zélandaise.

De l’essence et de la levure de bière

La brasserie DB Export, de Nouvelle-Zélande a annoncé le mois dernier avoir créé un biocarburant fait avec les restes du brassage d’une bière appelée « Brewtoleum ». L’entreprise recycle les levures bouillies, qui sont normalement jetés, ou donnés à des animaux, pour les transformer en éthanol pouvant être mélangé à des carburants traditionnels.

Le processus n’a rien de révolutionnaire, puisque vous pouvez trouver du « E10 » à votre station essence, composé à 90% de carburant « normal », et à 10% de biocarburants, issus de la fermentation de betteraves, cannes à sucre, blé, maïs, etc. Vous pourriez même trouver du E85, composé à 85% de bioéthanol. En France, le E10 remplace progressivement le traditionnel SP95.

Bon pour l’environnement

Comme vu précédemment, les biocarburants traditionnels sont normalement produits à partir de fermentation de céréales. En 2013, une enquête de Associated Press a constaté que l’augmentation de la production de maïs pour faire de l’éthanol a causé un grand tort à l’environnement et a fait grimper le coût du maïs en supermarché. Les levures fermentées, déchets de la production de bière pourrait être sinon une alternative, du moins un complément à ce recours intensif au maïs.

Actuellement, Brewtroleum est disponible dans 60 stations essence Gull à travers la Nouvelle-Zélande. La société produit environ 300’000 litres de carburant à partir de 30’000 litres d’éthanol, soit six semaines d’approvisionnement. De l’autre côté de la chaîne, ce sont 8,8 millions de bouteilles de bières qui ont été produites.

En buvant suffisamment de bière, vous pourrez peut-être sauver la planète. Mais pas avant de conduire, bien sûr !

Suivez-nous :

Barbara Martin