Quel livre pour accompagner la dégustation de la Rodenbach Grand Cru ?

Quelle bière déstabilisante que cette Rodenbach Grand Cru ! Je n’ai jamais, je crois, été aussi dérouté par une bière, tant son acidité atypique bouscule la bouche, dès la première gorgée. Une acidité a priori rédhibitoire, mais qui paradoxalement, vous invite à en continuer la dégustation …

Rodenbach Grand Cru - Une Petite Mousse

Car sous cette acidité, des saveurs totalement incroyables et profondes se révèlent, au contraire chaudes et délicates, douces et fruitées… Un peu comme un fruit trop mur, ou cette odeur entêtante des feuilles en décomposition, dans les sous-bois, à l’automne … Rapidement, vous comprenez que c’est une bière rare et atypique que vous avez entre les mains, une de celles, comme les grands romans, qui, si elles ne feront jamais l’unanimité, ne susciteront jamais l’indifférence, déchainant les passions tant de ses afficionados que de ses détracteurs.

Pour accompagner cette bière, il fallait un grand roman, un roman à la fois acide dans son verbe et pourtant d’une grande profondeur. Mais un roman désabusé… J’ai donc choisi « Voyage au bout de la nuit » de Louis Ferdinand Céline.

Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline - Une Petite Mousse

Céline, c’est d’abord un style, tout à fait inimitable. Une langue presque parlée, fiévreuse dans son rythme, à l’argot puissant. Une langue qui, si elle a largement influencé toute la littérature contemporaine, pique par son acidité, par la violence qu’elle contient, et ne parvient à se maitriser qu’en se faisant littérature.

Ferdinand Bardamu, double de Céline, a participé à la première guerre mondiale. Revenu miraculeusement de ce qu’il qualifie d’ « abattoir international en folie », cette guerre ne lui aura appris qu’une chose : nous vivons dans un monde absurde, dans lequel, en dépit des idéologies, rien ne fait sens. La guerre, par sa violence incompréhensible, n’a en définitive qu’une seule utilité : révéler aux hommes la pourriture du monde.

Face à cette évidence de l’absurdité, seule la lâcheté peut permettre à l’individu de résister à la tentation de se joindre à cette mascarade, pour, comme Bardamu, décider de côtoyer la misère humaine en devenant médecin des pauvres. Même si, au final, il rencontrera la même détresse que dans l’horreur des tranchées …

Un roman qui, lors de sa parution en 1932, et jusqu’à aujourd’hui, ne manqua pas de susciter le débat, entre ses détracteurs et ceux qui l’ont rapidement considéré, et à raison, comme le plus grand roman du XXème siècle : un chef-d’œuvre de la littérature française pour accompagner la Rodenbach Grand Cru, une bière tout simplement exceptionnelle.

Lionel associe une bière avec un livre sur le coffret dégustation des meilleures bières de décembre. Alors selon vous, quel livre accompagnerait au mieux votre dégustation de la Rodenbach Grand Cru ?

Fondateur du Webzine Littéraire Collaboratif « L’Ivre de Lire » et de l’Agence Editoriale Web « Ecritoriales.com », Lionel Clément est, au grand dam de ses géniteurs, tombé dans un brassin étant enfant. Heureusement pour lui, il ne s’en est jamais complètement remis !

Suivez-nous :

Une Petite Mousse