Du venin de serpent et de la bière pour lutter contre les AVC
Actu bière

Du venin de serpent et de la bière pour lutter contre les AVC

Vous vous demandiez peut-être si nos scientifiques adorés travaillaient toujours ? Et bien oui. Cette fois ils ont réussi à faire du venin de serpent synthétique à partir de levures de bière.

Du venin de serpent synthétique…

Le venin de serpent a une propriété intéressante : il empêche le sang de coaguler. Si dans la nature sauvage, l’intérêt pour votre santé est douteux, médicalement parlant, l’impact pour les personnes souffrant d’AVC ou d’insuffisance cardiaque est assez évident.

Des scientifiques chinois ont donc eu l’idée d’injecter les gènes de la vipère dans de la levure de bière, afin d’en étudier les effets. La levure a ensuite été cultivée à température ambiante et alimentée avec du glycerol et du methanol jusqu’à ce qu’elle commence à produire des protéines de venin.

…pour aider à lutter contre les AVC

La protéine anti-coagulation Agkisacutalin est connue pour avoir très peu d’effets secondaires, et son efficacité a été prouvée dans des essais cliniques antérieurs. Cependant, la manipulation de venin naturel n’a pas été autorisé par les autorités sanitaires pour une utilisation en médecine traditionnelle. C’est donc la première fois que du venin de serpent synthétique peut être produit en masse.

Ce futur médicament permettra de soigner les patients souffrants d’insuffisance cardiaque et d’AVC. « Tous les médicaments anti-coagulants actuels conduisent à des saignements excessifs mais Agkisacutalin n’en provoque pas » a assurée l’équipe de chercheurs.

La vipère en question est connu comme le serpent de « cinq pas » dans certaines parties de la Chine, car la croyance veut que sa morsure venimeuse peut tuer une personne après quelques pas seulement. Il ne faudra donc pas se tromper dans les doses…

Suivez-nous :

Barbara Martin