Actu bière, Biérologie

Les femmes et la bière : stop aux stéréotypes et idées reçues !

8 août 2019
femmes et la bière affiche

Dans de nombreux domaines, les clichés ont la peau dure ! Et le monde de la bière n’y déroge pas. « Bières de femme », « Femme à bière »… quand certaines des ces idées reçues sont teintées d’un fâcheux accent sexiste, cela donne des allégations peu reluisantes. Voyons voir, au sujet des femmes et de la bière, vous avez forcément déjà entendu…

– La bière, c’est par et pour les hommes !

– Les femmes ne tiennent pas l’alcool !

– Pour les filles, on a une bière aux fruits rouges !

Cela vous semble familier ? Il faut dire que la place des femmes dans le monde de la bière apparaît souvent comme accessoire, ou pire, amateuriste. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi… Loin s’en faut ! Car les femmes occupent un rôle central dans l’univers brassicole depuis la nuit des temps. L’occasion d’éclaircir certains points et de rétablir la vérité sur plusieurs a priori

Aux origines de la bière : les femmes (et oui !)

Les femmes et la bière, c’est une histoire vieille comme le monde ! En effet, les femmes occupent une place fondatrice dans l’histoire de la bière. Apparue il y a plus de 10 000 ans en Mésopotamie, la bière aurait été inventée par hasard en laissant fermenter l’orge qui servait à faire le pain. Alors assignées à la fabrication de celui-ci, les femmes se seraient naturellement retrouvées les préposées à l’activité brassicole.

“L’amertume du houblon combat certaines fermentations nuisibles dans les boissons, et permet de les conserver plus longtemps”.

St Hildegarde

A Babylone, il y a 4000 ans, les femmes brassaient et allaient jusqu’à commercialiser leurs bières ! En Égypte antique, la bière est tout simplement une boisson offerte à la déesse Sekhmet. Reconnue pour ses vertus corporelles, on dit que Cléopâtre en prenait des bains pour embellir sa peau ! Et chez les Gaulois, le brassage était également un savoir-faire détenu et exécuté par les femmes uniquement.

Au 12ème siècle, c’est encore une femme, la très sainte abbesse allemande Hildegarde de Bingen qui révolutionne l’univers de la bière. Grâce à sa découverte, la bière devient plus facile à conserver, plus saine et plus digeste ! Mais au siècle suivant, les choses commencèrent à se corser pour les brasseuses… Dès lors que l’Eglise décida de mettre un terme à leur activité. Cacher ce sein que je ne saurais voir au-dessus d’une cuve ?! Malgré cela, elles constituaient toujours 20% des brasseurs en 1914.

À l’ère industrielle, on échange les rôles

Si la bière a été durant des millénaires une boisson à l’expertise exclusivement féminine, la révolution industrielle a bel et bien renversé la vapeur. A la fin du 19ème siècle, la fabrication de la bière s’est industrialisée et la profession s’est masculinisée. Alors que la bière s’est uniformisée et appauvrie, les femmes ont changé de rôle. Dès les années 50, la “réclame” a pris le relais sur la qualité et la cible s’est genrée. Désormais, la bière est devenue une affaire d’hommes, un véritable marqueur de virilité ! C’est ainsi que les femmes sont tristement passées de brasseuses expertes séculaires à faire-valoir mercantiles

Buvant la bière au goulot dans une généreuse coulée de mousse, ou prêtant leurs moindres recoins d’anatomie pour en exalter l’intérêt, les femmes sont devenues le principal argument pour vendre de la bière aux hommes !

Sexy, serviable, la femme, objet du désir, vient vous en offrir un autre sur un plateau : la bière industrielle. Tout ce qui manquait à l’Homme pour asseoir sa virilité ! Près d’un siècle plus tard, le discours à l’attention des hommes n’a que très peu changé. By the way, on vous passera les détails de la dernière innovation en date de la part d’une brasserie Lilloise : la bière aux bactéries vaginales. Concept, quand tu nous tiens.

À l’orée des années 2000, toujours en quête de plus de rayonnement, les grandes marques de bière tentent d’élargir leur cible. Dans un contexte où les objets du quotidien (électroménager, téléphones, voitures…) se “féminisent”, se parant de couleurs et motifs girly, la boisson suit la tendance. La “bière pour femmes” est née ! Une étiquette rose, des fleurs, des fruits, un faible degré d’alcool et du sucre, bien sûr, pour séduire leur palais immature. D’obscurs ersatz savamment pensés par le marketing, n’ayant de “bière” que le nom. Pour faire joli, peut-être ?

Essor des micro-brasseries et brassage au féminin

Mais la gent féminine n’a pas dit son dernier mot ! Car depuis plusieurs décennies, a lieu lentement mais sûrement l’essor de la brasserie artisanale. D’abord aux Etats-Unis dans les années 80, puis ces dernières années en Europe. Elle entraîne dans son sillage un regain d’intérêt général pour la bonne bière. À contre-courant de ce que nous dicte le secteur industriel depuis 200 ans ! En plus du retour du goût et de nombreuses méthodes de brassage traditionnelles, le secteur de la bière artisanale porte un message vertueux avec des projets tournés vers l’humain. La bière n’est plus une affaire d’hommes, c’est l’affaire de tous ceux qui l’aiment, un point c’est tout !

Ainsi, les femmes du 21ème siècle se réapproprient le brassage de la bière. C’est le cas de Sarah qui a fondé en 2015 la brasserie galloise Boss Brewing ! Le nom Boss, s’il agit évidemment en étendard féminin, constitue surtout un clin d’oeil au rôle prépondérant qu’ont toujours joué les femmes dans l’histoire de la bière. Aux côtés de son mari, Sarah mène d’une main de maître son entreprise artisanale. Elle accorde un rôle prépondérant à la qualité de ses produits ainsi qu’aux souhaits de la communauté.

Les femmes et la bière : l’expertise au féminin

C’est dans ce contexte de renouveau du brassage au féminin que plusieurs associations voient le jour. Parmi elles, l’association Barley’s Angels qui réunit des brasseuses de tous les Etats-Unis, ou la Pink Boots Society, qui soutient les femmes engagées dans la filière brassicole à travers le monde.

Et chez Une Petite Mousse alors ?

Eh bien, notre biérologue, qui sélectionne méticuleusement vos petites mousses, est une femme. Et du côté de notre équipe : autant d’hommes que de femmes ! Pour empaqueter, décrire, goûter, servir, présenter, vendre, mettre en valeur, brasser, tester, choisir et expédier vos petites mousses avec amour et passion. Du côté de notre communauté également, hommes comme femmes semblent trouver délicieux l’idée d’offrir des coffrets de bières à leur proches… Sans distinction de genre 😉

En France, le plus éminent zythologue est UNE zythologue ! Il s’agit d’Elisabeth Pierre. Cette experte, à la fois sommelière en bières et formatrice, vient de lancer le projet Bierissima. S’adressant aussi bien aux néophytes qu’aux experts, cet espace met à l’honneur la brasserie artisanale, la transmission des aspects techniques et culturels de la bière, et s’attache à révéler les talents brassicoles au féminin par un “Tour de France des Femmes de la bière”, à découvrir absolument !

Et pour celles qui souhaitent se perfectionner au sein d’un univers 100% féminin, le Club des Buveuses de Bière à Talon Aiguille rassemble près de 2500 femmes passionnées par la boisson maltée, à travers toute la France ! Au programme : des visites de brasseries artisanales et séances de dégustation dans une ambiance experte et détendue. Une division poitevine vient même de brasser et commercialiser sa propre bière : la Talon O. La concrétisation d’un rêve pour certaines… Le début d’une nouvelle ère pour toutes !


De brasseuses émérites des siècles durant, les femmes sont devenues au 19ème et 20ème siècles de simples faire-valoir publicitaires avant de passer cibles marketing pour des hybrides so girly qui n’ont de bière que le nom. Heureusement, le vent qui souffle le renouveau de la bière artisanale est en train de doucement tourner en faveur de la gent féminine, balayant sur son passage les stéréotypes du passé. Enfin les femmes se réapproprient le fourquet et la chope, pour le plus grand bonheur de tous.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire