Festivals

Houblonnades 2018 : Une Petite Mousse se balade en terres dijonnaises

4 mai 2018

Haaaa, les Houblonnades de Dijon. Après deux éditions couronnées de succès, la Confrérie des chevaliers de Gambrinus était bien décidée à remettre le couvert pour une troisième croisade. Jamais deux sans trois comme on dit.

Et si les suites de films populaires en trois exemplaires sont généralement de mauvaise facture (exception faite de Die Hard 3), nos amis dijonnais ont su relever le défi et faire aussi bien, voire mieux que les fois précédentes. Une belle réussite pour l’association qui s’est donné pour mission de promouvoir et démocratiser la bière artisanale régionale auprès du plus grand nombre.

Chevalier des Houblonnades : cent bières et sans reproche

C’est dans une ambiance bon enfant et somme toute assez familiale que je découvre le terrain de jeu de ces Houblonnades. Une scène, un beau chapiteau, une boutique, une tonnelle animation, les tentes de brasseur et des poussettes.

Dès 11h le samedi, le public était donc invité à venir goûter les créations d’une vingtaine de brasseries, proposant chacune de 2 à 5 bières différentes durant le week-end. Si l’on fait un bref calcul, on se rend compte qu’il sera difficile de tout goûter, du moins en restant objectif (et sobre). 

D’une lager californienne, à une wheat ale au combava, en passant par une sour, moult IPA et autres saisons, il y en avait pour tous les goûts et de bonnes surprises attendaient les festivaliers à chaque comptoir !

Des animations et conférences avec des intervenants bien choisis se sont enchaînées tout le week-end sur des sujets variés allant de l’accord bière & fromages par Elisabeth Pierre, à la détection des faux-goûts par l’Odyssée du Brasseur ou encore la découverte du brassage amateur par B-Maker.

On regrettera l’emplacement légèrement excentré de la tonnelle animation par rapport aux stands des brasseurs. On en oublierait presque que des choses sérieuses se passent pendant que l’on déguste ! Mais je cherche un peu la petite bête, car les Houblonnades, c’est vraiment vraiment chouette  😉

Les principaux atouts des Houblonnades

  • Les tarifs de dégustation (50cts les 6cl) sont vraiment honnêtes et incitent à la dégustation !
  • Un point d’eau pour rincer son verre, un immense plus que nombre de festivals devraient imiter
  • Le chapiteau pour l’ombre, bienvenue en cette période très ensoleillée
  • Les animations et table ronde
  • La variété de bières présentées, bien évidemment

Louisette, elle est très chouette

J’aimerais m’attarder quelques instants sur La Louisette de la Brasserie de la Rente Rouge (Chargey-lès-Gray, 70). Une Pale Ale très fraîche, de beaux parfums, un corps léger, une longueur en bouche très appréciable. Dégustée juste après une bière noire qui m’avait laissé un léger goût de « brûlé » en bouche, le contraste est plus que saisissant.

Presque plus frais qu’un grand verre d’eau après une après-midi au soleil. Cette bière à la robe blonde brassée avec des « houblons aux vertus sympathiques » était une alliée de choix sous le soleil dijonnais. Avec une amertume fraîche et une persistance légère sans être trop puissante. Approuvée !

C’est l’histoire de deux gars, de porcs et de géométrie…

Après avoir partagé pendant quelques mois les locaux d’autres nancéiens, Hoppy Road, la Piggy Brewing Company s’est installée et est bien décidée à montrer de quel bacon elle se chauffe. Avec un nom pareil, on s’attend à goûter des bières cochonnes. C’est le cas.

houblonnades

Même s’ils sont capables de produire des bières très fines et légères comme un Berliner Weisse à la framboise ou leur Piggy Driver à 1,5°, la Porcherie sait aussi produire de beaux mazout. Comme leur Monstruous Fat Pig Stout Mexican Cake (Kamoulox ?), un Imperial Stout à 12% bien visqueux. De quoi affoler les forums de beer-geek et ravir les néophytes !

Déjà repéré dans mon radar des « adresses à tester, enfin si je peux monter jusqu’à Tournus un jour », j’ai eu le plaisir de voir figurer sur l’affiche la prometteuse brasserie Two Dudes. Attirante sur le papier, cette nouvelle micro-brasserie a vu le jour en 2017 avec à sa tête un couple ayant fait carrière dans la gastronomie proposant sur place une sorte de brew-staurant.

Avec un tel CV et un tel concept, on s’attend à de belles bières et c’est le cas ! Comme avec la Phase 1 proposée sur leur stand, une Pale Ale brassée avec du combava (proche cousin de la lime et du citron). C’est très fin et subtil, on retrouve bien les arômes citronnés du combawa, la bière est rafraîchissante et offre un bouquet aromatique vraiment complet. On sent l’approche délicate héritée du passé en cuisine.

houblonnades

Et petit bonus, par fierté nivernaise, Hexagone & Ales qui présentait 5 bières dont une Bitter aux ingrédients 100% anglais (malt, houblons, levure). Une jeune brasserie lancée en 2016, là aussi par un couple de passionnés. Installés dans la maison familiale à quelques kilomètres, Cédric & Bérengère brassent des bières d’inspiration anglo-saxonnes très fines.

A peine le temps de d’avaler une dernière double IPA au stand de la Brasserie Iron qu’il est l’heure de repartir. Les Houblonnades est une date à marquer dans son calendrier pour la variété de la programmation et des animations proposées dans un cadre adaptés tant aux familles qu’aux fêtards. Bref, à l’année prochaine Dijon !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire