Bière Guinness : Extra Stout ou Draught, 50 nuances de noir
Actu bière, Zoom Brasseries

Bière Guinness : Extra Stout ou Draught, 50 nuances de noir

Quand on parle de Guinness, on a l’habitude de voir une bière sombre, ténébreuse. Et pourtant, la célèbre marque de bière irlandaise compte également en son sein des bières bien plus lumineuses ! Découvrez aujourd’hui la genèse de la Stout Draught et de ses consoeurs Golden Ale, Lager et White !


SOMMAIRE


Histoire de la célèbre bière Guinness

Tout commence en 1759…

C’est le 31 décembre 1759 que Arthur Guinness signe le bail d’une brasserie désaffectée qui deviendra le site de production historique Guinness. Imaginait-il que près de 300 ans plus tard, 13 millions de pintes seraient bues chaque jour dans le monde ?! Parmi ces pintes, 10% sont consommées uniquement durant la Saint-Patrick… Des chiffres qui donnent le tournis, comme le fait que Sir Guinness a signé un bail de 9 000 ans !

biere-Guinness

Dans les années 1800, l’empire d’Arthur croît rapidement et profite de l’empire colonial pour s’exporter dans le monde entier. Aujourd’hui encore, la Guinness Stout est brassée en local dans certains pays à partir de matière première préparée en Irlande.

Depuis 1904, l’on peut visiter la Guinness Storehouse, un bâtiment conceptuel qui sert de musée et d’archives pour la brasserie. Bar, restaurant, boutique, diffusion d’anciennes publicités, exposition, info sur la fabrication… Toute l’histoire de la « chose noire » (surnom affectueux donné par les Irlandais) condensée dans un bâtiment qui contient même une pinte géante, histoire qu’on ne rate pas la thématique…

Guinness : bière, mais pas que !

1951 marque une autre date importante qui témoigne de l’influence de la marque à la harpe sur le monde… même si peu de gens sont au courant ! C’est au cours d’une partie de chasse que Sir Hugh Beaver – alors directeur de la brasserie – débat avec ses amis d’une question courante à l’époque. À savoir, qui du Tétras ou du Pluvier Doré vole le plus vite…

Incapable de statuer, Hugh réalise qu’un ouvrage qui regrouperait les réponses aux questions qui font le plus débat pourrait plaire aux habitués de ses pubs qui ont des conversations animées autour d’une pinte. Oui, c’est bien ainsi qu’est né… le Guinness World Book des records !

Notre cher Arthur a donc créé un empire qui compile, comme vous le voyez, une histoire particulièrement dense. Et la brasserie se sert de ce passé comme une riche source d’inspiration ! Dans les locaux historiques de la St James Gate, les brasseurs de l’équipe peuvent se plonger dans les archives et remettre au goût du jour d’anciennes recettes. C’est ainsi qu’a vu le jour la Hop House 13, une Lager savamment houblonnée qui s’est frayé un chemin dans la box n°2 de notre parcours d’initiation.

Ça goûte quoi, une Guinness ?

Et bien, tout dépend de laquelle vous parlez !

  • Guinness Draughts : bière brune aux malts torréfiés par excellence. Un Stout faiblement alcoolisé (on tourne autour de 4% ABV) que l’on retrouve en bouteille, en canette et en fûts. C’est de cette recette que l’on parle quand on parle de la bière la plus vendue en Irlande.
  • Guinness Extra Stout : une version plus forte et plus corsée destinée à l’international (d’où son nom commercial de Foreign Extra Stout). On monte jusqu’à 8°, et si la recette reste sensiblement la même, ces bières ne contiennent pas l’azote caractéristique de la gamme historique.
  • Guinness Brewhouse Series
    • Brew 39 : édition limitée disponible uniquement dans 300 pubs irlandais en octobre 2005.
    • Toucan Brew : variante moins amère sortie en mai 2006 (son nom vient de l’oiseau qui représente la marque)
    • North Star Brew : variante un peu plus ronde sortie en octobre 2006.

 » La célèbre Extra Stout ne peut décevoir avec son nez prononcé sur le fruité et la torréfaction intense. Son palais se découpe en deux parties : une première piquante voire aigre-douce, et une deuxième axée sur une vive amertume et une finale sèche assez longue. Avec son corps plein, et ses notes fruitées et torréfiées, c’est une réussite du genre. « 

Notes de dégustation de notre biérologue

Le Floating Widget, au coeur de l’expérience Guinness

Outre son goût crémeux incomparable, ce qui fait la renommée de ce Stout, c’est aussi… la bille qui se trouve à l’intérieur! En effet, vous avez sans doute déjà croisé la route d’une sorte de balle de ping-pong (en plus petit) qui flotte au-dessus du liquide noir de jais.

Cette trouvaille ingénieuse date de 1988 et a remporté 3 ans plus tard le Queen’s Award for Technological Achievement. Le but était de recréer aussi fidèlement que possible les conditions du tirage pression lorsque la bière n’était pas bue dans un bar. Car contrairement à l’immense majorité de ses consoeurs, le Stout le plus célèbre du monde n’est pas tiré au CO2 mais bien à l’azote, un gaz dont les bulles sont bien plus fines, ce qui impacte directement la texture de la mousse de la bière.

Ce floating widget (littéralement « truc qui flotte ») est donc une boule d’azote collée à la languette de la bière, et lorsque vous l’ouvrez, son gaz se répand pour imiter le tirage d’un bec de bière. Un particularité technique typique de la marque, qui a aussi suscité le débat en servant des pintes de Guinness Cascade… dont les bulles descendaient ! Point d’illusion d’optique ici, simplement un jeu de différences de température entre le liquide et le verre, et un fort contraste entre la bière noire et ses bulles très claires.

Les autres bières insoupçonnées de la brasserie Guinness

2015 : une pinte de Guinness blonde, c’est possible

bière-guinness

Vous pensiez que la bière au Toucan était forcément noire ? Plus maintenant ! Outre les IPA et Lager produites mais très méconnues du grand public, la brasserie dublinoise commercialise une « Golden Ale » depuis le printemps 2015. La Guinness Golden Ale est produite a Dublin, et utilisera la levure attitrée de la marque, de l’orge irlandais, du houblon, et du malt qui donnera à la boisson sa couleur caractéristique.

« Mon ambition était de créer une Ale très bien équilibrée, qui séduirait un large panel de personnes, pour les initier au monde passionnant de la bière blonde. Le petit goût de biscuit et d’orge malté complètent parfaitement l’amertume vive et délicate du houblon »

– Peter Simpson, le brasseur qui se cache derrière cette Golden Ale

2017 : la Black Stuff devient vegan

Promis à l’automne 2015 aux fans qui ne consomment pas de produits issus de l’exploitation animale, la véganisation de la recette historique est finalisée au printemps 2017. Car non, les bières ne sont pas forcément vegan : pour filtrer et clarifier, la plupart des grandes brasseries industrielles ont recourt à de la colle de poissons, l’ichtyocolle. Une substance gélatineuse que l’on produit grâce aux vessies des poissons (miam) et qui permet d’éliminer notamment les graisses et autres impuretés de la bière.

2020 : dites bonjour à la Reverse Guinness

Cette bière aurait dû s’appeler la Guinness Sinistral, mais les dégustateurs ont eu raison des choix marketing ! Lancée tout début 2020, cette recette reprend les codes emblématiques de la bière (noire et blanche donc) mais en les inversant. Dans le verre, cela donne une robe blanche laiteuse et une mousse brun foncé. Un White Stout donc, rapidement surnommé Reverse par les Irlandais.


Pour aller plus loin…

Pour approfondir vos connaissances sur les plus fameuses bières irlandaises, découvrez l’Histoire de la Kilkenny.

Suivez-nous :

Julie de Une Petite Mousse