La bière Imperial Stout, ce qu’il faut savoir de ces bières noires russes
Biérologie, Styles de bière

La bière Imperial Stout, ce qu’il faut savoir de ces bières noires russes

Imperial Stout : comme la marche de Dark Vador, cet adjectif en impose. On se dit tout de suite que l’on a affaire à une bière qui ne rigole pas. Et on a raison ! Aujourd’hui, on vous décrypte l’histoire des Impérial Stout, ces bières très sombres apparues au siècle des Lumières dans l’empire Russe.

Aux origines des Imperial Stout, la bière Porter

Les Porter sont un type de bière particulièrement apprécié en Angleterre au 18ème siècle. On ne vas pas vous faire un cours sur la différence entre Porter et Stout, car cela fait l’objet d’un autre article. Ce qu’il faut retenir principalement ?

Arthur Guinness est parti de cette base de bière noire pour la rendre encore plus noire, avec des arômes de café encore plus prononcés, et surtout une teneur en alcool plus haute.

Comme le terme “stout” désignait à l’époque une bière forte en goût de manière générale, ce style devint la Stout Porter en s’affichant fièrement sur les bouteilles de Guinness en Extra Stout. Un Stout est donc une version plus forte d’une bière Porter. Mais que vient faire l’Empire dans tout ça ?

La naissance des Russian Imperial Stout

Lors d’un voyage en Angleterre, le Tsar Pierre Le Grand tombe amoureux des Stouts. Il demande aux brasseurs anglais de lui en livrer en Russie. Mais ces bières noires n’apprécient pas vraiment les milliers de kilomètres du voyage, et surtout le froid de la mer Baltique… La solution retenue pour éviter cela ? Augmenter fortement le taux d’alcool.

Ce nouveau style de bière appelé Russian Imperial Stout devient particulièrement apprécié. Sa dégustation par l’impératrice Catherine la Grande de Russie et sa cour lui confère une notoriété mondiale. Étrange non ? Car la Russie n’est jamais citée comme terre d’origine de bières. Contrairement à l’Irlande ou à la Belgique par exemple. Pourtant, elle a joué un vrai rôle dans l’apparition et la popularité de ce style, que tout beer-geek se doit de déguster au coeur de l’hiver !

Pourquoi en fait-on Stout une histoire ?

Mais la passion et l’engouement pour les Porter ou les Stouts ne se prolongent pas au 19e siècle. Et encore moins au 20e siècle, où ce sont d’autres styles de bières qui raflent la préférence des consommateurs. Mais avec le boom des brasseries artisanales américaines et la belle histoire de la cour des tsars… Les Imperial Stout repointent depuis peu le bout de leur nez sur la scène craft.

Elles sont maintenant de plus en plus travaillées, toujours très Impériales, et agrémentées d’huitres, d’avoine ou de lactose… Jonathan, fondateur de Une Petite Mousse, vous récapitule les grandes étapes de la vie des Imperial Stout dans notre dernière vidéo !

Les 4 meilleurs Imperial Stout du moment

Alors, pour que vous puissiez parcourir l’histoire de ces Imperial Stout en goût, nous avons décidé de vous présenter les 4 Stouts Imperiales qui pour nous sont incontournables.

BREWDOG · TOKYO

Nous allons vous épargner l’affront de vous présenter la brasserie Brewdog, puisqu’elle est sans doute LA porte-parole de la scène craft européenne actuelle. Mais cette Tokyo, qui fait partie de la gamme spéciale « bières extra forte » des punk écossais, c’est quelque chose… 16,5% d’alcool, ce n’est pas rien ! Si vous parvenez à mettre la main sur une bouteille, savourez-la, dégustez-la, et vous n’en reviendrez pas…

Attention, expérience sensorielle unique. Le nez est impressionnant : malt tourbé, raisins secs, chocolat au lait, café… C’est complexe, et l’alcool est déjà perceptible. Ses houblons apportent une touche épicée qui contrastent le grillé du malt. Les saveurs du vieillissement en fût sont bien présentes, avec du cranberry, du chocolat au lait, et même du bourbon. C’est souple, mais surtout, c’est incroyable.

BRASSERIE D’OLT · IMPERIAL STOUT D’HIVER

La brasserie d’Olt est dans nos coeurs et dans nos box depuis longtemps ! Ces Aveyronais excellent également dans les limonades artisanales, mais ce sont surtout leurs bières qui nous intéressent ici. L’une de leur recette a même été l’objet d’une collaboration étonnante. Philippe Starck, le design français connu mondialement, a créé une bouteille spécifiquement pour eux ! Mais lisez plutôt ce que notre biérologue dit de leur Imperial Stout…

Cette bière ébène s’ouvre sur un nez empli de chocolat, malté et légèrement épicé. Son attaque est soyeuse, assez torréfiée, avec une pointe de houblon légèrement amérisant. Son corps se fait plutôt dense, grâce au malt grillé que l’on percevait au nez : café et chocolat torréfié s’y mêlent joyeusement. La finale se fait sur une amertume modérée et de douces saveurs de malts rôtis finissent cette dégustation. Un bon classique !

GALIBIER · RUSSIAN STOUT

Si la brasserie la plus haute de France est dans notre Top 4, ce n’est pas uniquement parce que ce sont des amis proches. Toutes leurs bières sont de vraies réussites, et leur réputation n’explose pas encore à sa juste valeur en France ! Mais, passons plutôt à la dégustation de leur Stout russe…

Le nez est rempli d’arômes de malts rôtis, de touches de chocolat et de café. Ses effluves sont presque liquoreuses ! En bouche, les pointes d’alcool construisent une dégustation chaleureuse, veloutée et soyeuse. Malgré tout, l’ensemble sait reste léger et très facile à boire. On perçoit même de discrètes touches de houblon sur la finale…

DE MOLEN · RASPUTIN

Une fois n’est pas coutume, l’Imperial Stout de la célébrissime brasserie hollandaise n’a pas un nom composé en 2 parties (comme la List & Lustig, Vuur & Vlaam, Hop & Top…). Rasputin, ou Raspoutine, est plus que le méchant du dessin animé Anastasia. Célèbre « pèlerin, mystique et guérisseur russe », il était très proche de la femme de l’Empereur Nicolas II et avait une grande influence à la cour impériale russe. Une belle référence aux origines de ce style de bière !

Son nez, caractéristique des Stout entre café et cacao, témoigne de sa capacité de vieillissement. Vous y percevrez des arômes de liqueur, voire de pruneaux confits. La bouche est soyeuse, riche, crémeuse… Très sensuelle : on flirte presque avec le barley wine ! Le milieu de bouche amène des notes de Porto. Ses 10,4 ABV expliquent en partie son aspect liquoreux. À gouter au moins une fois dans sa vie.

Suivez-nous :

Julie de Une Petite Mousse