Bière d’Abbaye, lumière sur un style nimbé de mystères
Biérologie, Styles de bière

Bière d’Abbaye, lumière sur un style nimbé de mystères

Aux becs de nos bars, dans les rayons des supermarchés ou chez nos cavistes… les bières d’abbaye sont partout ! Le regain d’intérêt par le public pour le “traditionnel” et pour les bières qui ont du goût et du corps explique en partie cet essor. Et s’il existe un style nimbé de mystère, c’est bien celui des bières d’abbaye… Elles ne sont pour autant pas à confondre avec les bières trappistes et c’est ce que nous allons voir aujourd’hui !

Le constat est sans appel : il existe pléthore de bières d’abbaye, certaines étant produites dans des volumes considérables, et pourtant si peu d’abbayes encore en activité pour toutes les produire… Ne vous êtes-vous jamais demandé comment il est possible qu’il existe autant de bières dites « d’abbaye » ? Découvrons ensemble ce qui se cache derrière cet impénétrable silence monacal.

La boisson de l’hospitalité… et des pestiférés !

bière d'abbaye

La « bière d’abbaye » prend ses origines au 6ème siècle. C’est là qu’est édictée la règle de Saint Benoît qui impose aux moines d’offrir le gîte et le couvert aux voyageurs et aux pèlerins. Afin d’avoir une source de revenus, les moines décident alors de proposer de la bières à ces touristes d’une autre époque.

Leurs bières artisanales deviennent le symbole de leur hospitalité. La bonne réputation d’une abbaye se fait peu à peu sur la qualité de sa bière : les voyageurs décident de leur lieu d’escale en fonction de la réputation de la bière qui y est brassée !

Au 9ème siècle, Charlemagne exige que chaque monastère soit pourvu d’une brasserie. Il veut en effet réserver le brassage de la bière à des « experts », et les abbayes sont tout naturellement les mieux placées sur le sujet. C’est à cette époque, seulement, que l’on commence à écrire les recettes, à être précis dans les proportions, et à généraliser l’utilisation du houblon.

De la bière… contre la peste !

Un siècle plus tard, la peste fait rage. Le petit village d’Oudenburg préfère alors boire de la bière que de l’eau, pour ne pas être contaminé ! A cette époque, la bière est la boisson la moins risquée : l’eau du brassin étant portée à ébullition, elle se retrouvait débarrassée de ses virus.

Suite aux préconisations de Charlemagne, les Abbaye sont équipées pour brasser en grande quantité. Et dès lors que l’on réalise que la bière est plus “saine” que l’eau, ces dernières se mettent à tourner à plein régime ! C’est pour cette raison qu’il existe autant de bières d’abbaye ; une période de l’histoire leur ayant été particulièrement favorable…

« Bières d’abbaye », un terme trop générique pour être authentique ?

L’expression “bière d’abbaye” est un terme générique pour désigner toute bière produite dans un contexte monastique, avéré… comme très lointain. En pratique, une vraie bière d’abbaye doit être rattachée à une licence vendue par une abbaye à un brasseur. Cette licence donne l’autorisation d’utiliser le nom de l’abbaye sur l’étiquette et pour sa communication. Il existe même certaines bières “d’abbaye” dont le monastère n’existe plus ou n’a jamais vraiment existé !

Plus qu’un réel ancrage religieux, cette appellation renvoie plutôt à un type de bière. Ce sont généralement des bières blondes gouleyantes et fortes, d’inspiration belges. On retrouve des notes portant sur le miel, le sucre candi et les épices. Souvent doubles, triples ou quadruples, elles sont généralement puissantes en goût et en alcool.

Ce sont des bières qui flatteront le palais de ceux qui aiment les petites mousses rondes et intenses. Évidemment, de grandes variations de qualité sont observables parmi ces bières monacales : des produits entrée de gamme au “goût belge” de la grande distribution aux bières abbatiales produites dans les règles de l’art – et que vous retrouverez dans certaines de nos box – toutes ne se valent évidemment pas.

Des abbayes sachant brasser

biere-abbaye
  • Saint-Sixte, brasserie trappiste & monastère cistercien du XIXe siècle qui produit la Westvleteren,
  • Notre Dame du Sacré-Coeur, à l’origine de la célèbre Westmalle,
  • Abbaye du Mont des Cats, monastère de moines cisterciens de tradition trappiste fondé en 1826 qui produit la bière éponyme,
  • Abbaye des Rocs, dont la Blanche des Honnelles fait partie de notre sélection Initiation,
  • Abbaye historique du Cateau qui, avec sa gamme Vivat, a décidé de dépoussiérer le style et se consacrer à des bières plus modernes et variées.

Abbaye Trappiste : blanc bonnet et bonnet blanc ? Pas vraiment !

C’est depuis 1962, suite à un procès pour l’utilisation abusive du terme « bière d’abbaye« , que l’Authentic Trappist Product a été fondée. Cet organisme atteste qu’une bière est issue d’une vraie brasserie trappiste, produite dans une enceinte religieuse et sous contrôle monacal. Ainsi, la certification requiert 3 critères, que nous vous détaillons dans notre article consacré aux bières Trappistes.

Label rare dans le paysage brassicole, on compte aujourd’hui seulement 12 brasseries dans le monde officiellement reconnues par l’ATP : la brasserie anglaise Mount St Bernard étant la petite dernière de la famille, adoubée en 2018. La brasserie d’Achel quant à elle a quitté les rangs début 2021 ; les moines ayant définitivement quitté sen enceinte. On ne badine pas avec le label de l’ATP !

Plutôt Trappistes ou bières d’Abbaye chez Une Petite Mousse ?

Chez Une Petite Mousse, on avoue avoir un faible pour les bonnes bières d’Abbaye… Qu’elles soient trappistes ou non ! Parmi nos préférées, nous pouvons citer la 1979 Abbaye des Rocs ou la Forest, toutes deux belges. Deux bières bien distinctes mais complémentaires, idéales pour se plonger dans le style !

bière d'abbaye forest

La première est une Belgian Dark Ale qui dévoile des parfums de fruits confits, comme la pomme verte ou le raisin noir. L’acidité de ces saveurs fruitées est contrebalancée par une pointe de chocolat bien amer, dans un ensemble étonnement léger pour une bière qui affiche 9% ABV !

La seconde est une Tripel davantage tournée vers les notes fruitées, avec une pointe de miel et des touches de raisins secs. Bien plus ronde que sa consoeur, elle offre une dégustation tout en fruité et douceur sucré, avec une finale maltée mais très désaltérante.


Pour aller plus loin…

Continuons à explorer ce style de bières :

Suivez-nous :

Caroline de Une Petite Mousse