Actu bière

Pourquoi il y a autant de « bières d’abbaye » ?

1 septembre 2015
bière abbaye

Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi il y a autant de bière d’abbaye ? Pourquoi les abbayes sont si douées dans le brassage de ce précieux nectar ?

La règle de Saint Benoît

Depuis le VI ème siècle, la règle de Saint Benoît impose aux moines d’offrir le gite et le couvert aux voyageurs et aux pélerins. Afin d’avoir une source de revenus, les moines décident alors de proposer de la bières à ces touristes d’une autre époque : elle devient le symbole de leur hospitalité.

Au IX ème siècle, c’est Charlemagne qui exige que chaque monastère soit pourvu d’une brasserie. Il voulait en effet réserver le brassage de la bière à des « experts », et les abbayes se sont tout naturellement imposées à lui. C’est à cette époque seulement qu’on commence à écrire les recettes, à être précis dans les proportions, et à ajouter du houblon, pour ses propriétés aromatiques, anti-bactériennes, et conservatrices.

De la bière contre la peste

L’anecdote suivante est très intéressante ! Au X ème siècle, alors que la peste fait rage (ce jeu de mot n’était pas volontaire), le petit village d’Oudenburg préfère boire de la bière que de l’eau, pour ne pas être contaminé. L’eau du brassin étant portée à ébullition, elle se retrouve débarrassée des microbes.

C’est pour cela qu’il existe autant de bière d’abbaye : une période de l’histoire leur a été particulièrement favorable. Mais aujourd’hui, pour qu’une brasserie puisse être qualifiée d’abbaye, il faut :

  • un lien avec l’abbaye dont l’existence est, ou a été, reconnue
  • que la brasserie reverse des bénéfices à la communauté monastique
  • que les moines puissent avoir un droit de regard sur la publicité, et l’utilisation du nom de l’abbaye

Ces trois règles simples sont la garantie que l’expression « bière d’abbaye » signifie toujours quelque chose, à l’heure ou la communication d’une marque est plus importante que ce qu’elle peut mettre dans ses bouteilles.

Et vous ? Quelles sont vos bières d’abbaye préférées ? La Chimay peut-être ?

9 Commentaires

  • Répondre Johan Poirier 1 septembre 2015 à 22:13

    La Chimay oui, toujours une valeur sûre.

    Sinon petite typo sur le mot siècle : « Au X ème sièce »

    A+

  • Répondre franky37110 2 septembre 2015 à 19:23

    C’est Hildegarde de Bingen, religieuse bénédictine et pharmacologue du XIIème siècle, qui découvrit les vertus aseptisantes et conservatrices du houblon (au sein de son abbaye) et permit à la bière de voyager hors des abbayes.
    Auparavant, on n’utilisait pas toujours le houblon et la bière ne se conservait pas bien hors des abbayes où les moines avaient l’exclusivité du brassage.

    • Répondre Alexis Verlhac 4 septembre 2015 à 22:57

      Il a quand même fallut attendre quelques siècles avant que l’utilisation du houblon se généralise.

  • Répondre Mat 3 septembre 2015 à 07:10

    Super intéressant !! Merci beaucoup ! 😉

  • Répondre Gérald Reinhart 3 septembre 2015 à 21:16

    Celle que je prefère est la Rochefort 10.

  • Répondre Tano Montsarrat 4 septembre 2015 à 01:13

    La Val Dieu est bien bonne

  • Répondre Alexis Verlhac 4 septembre 2015 à 23:00

    Orval, benno ou gregorius pour ma part.

  • Laisser un commentaire