Corona, une bière qui souffre du virus ?
Actu bière, Bière et science

Corona, une bière qui souffre du virus ?

Exportée dans plus de 180 pays, la bière Corona figure parmi les références les plus vendues au monde. Une prospérité que rien, jusqu’ici, ne semblait pouvoir ébranler. Jusqu’à ce jour de décembre 2019 où le coronavirus N-Cov19 a fait son apparition dans la province de Wuhan en Chine…

Bière Corona et virus : entre humour et incompréhension

Corona signifie « couronne » en latin. Et c’est là l’unique point commun qui rassemble la marque de bière Corona et le coronavirus qui sévit dans le monde : la couronne qu’ils arborent tous les deux. Le coronavirus se nomme ainsi car il est entouré d’une petite excroissance dentelée, qui fait penser à une couronne.

La bière Corona, elle, tire son identité de la couronne royale qui orne son étiquette. Elle aurait été inspirée de la couronne qu’héberge la cathédrale de Notre-Dame de Guadalupe, dans la ville de Puerto Vallarta au Mexique, son territoire natal.

Entre la bière et le virus, tout un monde donc, et la première ne transmet absolument pas le second ! Mais aussi fou que cela puisse paraître, une étude récente de Google Trends nous apprend qu’il existe chez de nombreux internautes un amalgame entre le nom du virus respiratoire et la marque de bière Corona.

En effet, le géant de l’Internet mondial a révélé que, depuis le début de l’épidémie, la recherche du mot clé « beer virus » est en forte hausse sur le moteur de recherche ! Dans l’imaginaire collectif donc, nourri en ce moment par une certaine psychose mondiale, la célèbre Lager mexicaine DOIT avoir un lien avec le virus chinois, puisque les deux portent le même nom. Une forte médiatisation ne permet hélas pas de lutter suffisamment efficacement contre cette fake-news, et c’est Corona qui va trinquer.

Des conséquences déjà avérées

coronavirus
Une épidémie dont tout le monde parle !

En apparence, cet emballement qui oscille entre incompréhension par certains et notes d’humour par d’autres (on ne compte plus les mêmes et autres jeux de mots à la portée virale qui circulent sur le web), une chose est sûre, c’est que ce rapprochement fait parler de la bière Corona !

YouGov, une société anglaise d’étude de marché à partir d’internet a mené l’enquête et nous apprend que le bouche-à-oreille, c’est à dire le nombre de personnes ayant discuté de la marque Corona ces derniers jours, progresse dans le monde.

La médaille revient à l’Australie où ce score s’est vu doubler depuis l’apparition du coronavirus ! Une notoriété plutôt intéressante… en apparence.

Car ce même organisme de statistiques nous révèle que depuis la médiatisation du coronavirus Covid-19, 50% des Américains ont une image négative de la bière Corona… alors qu’ils n’étaient que 20% fin 2019 ! Dommage pour cette marque de bière mexicaine légendaire qui s’avère l’une de plus consommées sur le continent…

Cette appréhension ne pourrait être qu’anecdotique si elle n’en impactait pas les ventes. Mais force est de constater que cette méfiance infondée se répercute bel et bien sur la préférence d’achat, c’est à dire les chances que les consommateurs choisissent ce produit plutôt qu’un autre.

C’est justement en France que YouGov est venu enquêter et il se trouve que l’image de cette marque auprès des Français a dégringolé depuis le début de l’épidémie… On apprend aussi, que, du côté de la bourse de New York, les actions en faveur du groupe qui produit la bière Corona ont chuté de plus de 8%, 6 semaines après le début de l’épidémie.

À Une Petite Mousse, nous n’avons jamais vraiment porté la Corona dans notre coeur, lui préférant des bières artisanales plus goûteuses. Mais nous nous surprenons à trembler en espérant qu’aucune grippe ne va décider de se faire baptiser Une Petite Flue dans les années à venir !

On finit avec une bonne nouvelle pour le géant de la bière industrielle : avec le récent changement de nom officiel du virus en COVID-19 par les autorités sanitaires, les amalgames entre Corona et coronavirus devraient s’envoler rapidement. Et on espère que ce vilain virus en fera de même.

Suivez-nous :

Caroline de Une Petite Mousse