Tourisme Brassicole

Bière islandaise : à la découverte des meilleures brasseries de l’Islande !

18 avril 2019
biere islandaise

Cet hiver, Coline est allé faire un tour en Islande. Au programme : pas de programme ! C’est l’avantage de ce pays, où l’on peut se perdre au hasard et (re)découvrir à chaque instant des endroits magnifiques. Mais tout de même, figurait sur sa roadmap quelques petites adresses où dénicher de la bonne bière islandaise, qu’elle nous fait le plaisir de partager avec nous. Suivez le guide !

Bière islandaise : une histoire compliquée

Arrivée à Reykjavik, la capitale, je découvre avec plaisir que le soleil est de la partie. Mais on ne va pas se le cacher, à cette saison il fait quand même bien froid ! Je décide de faire route au Nord, sans oublier de faire le plein de bières au Vinbudin le plus proche.

Car en Islande, c’est l’état qui détient le monopole de la vente d’alcool, et c’est uniquement dans la cinquantaine de magasins de cette enseigne que l’on peut se procurer vins et bières au-delà de 2,25 %. La bière est l’alcool qui a été réintroduit le plus tardivement après la prohibition, en 1989, et elle a longtemps traîné derrière elle une réputation inconvenante…. Mais les choses changent !

Depuis quelques années, comme partout en Europe, les micro-brasseries ont le vent en poupe (même les plus grosses industries du pays ont maintenant des micro-brasseries internes).

Je commence donc par me laisser séduire par un pack d’Arctic Pale Ale de Einstök, bière de soif qui se révèle parfaite pour l’occasion : sèche et fraîche comme un brin de vent du Nord, avec de fines bulles. Un trio bien équilibré de houblons lui confère à la fois des notes douces de pain et de levure et une belle amertume. On valide !

Voyage brassicole en islande : à la visite de Segull 67

C’est dans un petit village situé au Nord de l’île et au doux nom de Siglufjördur que je fais halte pour visiter Segull 67, une micro-brasserie prometteuse. Il n’y a pas âme qui vive dans les ruelles d’où s’échappent une forte odeur de poisson… Je fais route vers les docks où je suis attendue, direction l’ancienne usine où Marteinn B. Haraldsson a décidé de débuter son activité il y a tout juste 3 ans.

Mon guide m’explique que ce lieu a une valeur familiale symbolique, tout comme le nombre fétiche 67, qui les a suivi à travers des générations (il figurait sur les immatriculations de la voiture du père et du bateau du grand-père). Moi qui croyais que c’était une histoire de latitude !

Nous discutons autour d’une Jola Bjor, une bière de Noël à la jolie robe rouge foncée et aux notes de caramel. Dehors la neige commence à tomber comme par enchantement. L’heure est venue de passer la lourde porte frigorifique qui nous sépare de la brasserie. Je découvre les 4 cuves de 1000 litres installées contre le mur près de moi.

Derrière la petite table d’étiquetage, l’ombre des 4 supplémentaires qui vont bientôt être mises en production pour des brassins de 2400 litres. J’ai même le droit à une visite des entrepôts qui seront transformés en taproom d’ici le mois de Mai…  Cet endroit est bichonné et pensé avec goût, il a une âme, et c’est certainement ce qui fait son succès !

biere islandaise

C’est parti pour la dégustation. Je suis servie (généreusement) à même les cuves ! On me tend d’abord  la Segull 67 « Originale », une lager légèrement ambrée et céréalière, puis la Sjarmör, une Lager houblonnée à cru à la robe claire et légèrement trouble. Ça n’a rien d’extraordinaire, mais c’est équilibré et bien effectué ! Arrive ensuite la Belgian wheat, une bière blanche d’été, aux zestes de citrons et à la coriandre. Elle a une robe jaune pâle, une fine mousse, et dégage des effluves citronnées très plaisantes ! En bouche, l’attaque acidulée et pétillante laisse place à des notes épicées.

J’enchaîne avec la petite dernière, une Sour au miel et au citron brassée spécialement pour les fêtes de Pâques. Ce sera mon coup de coeur : toute en subtilité, cette première édition est rafraîchissante, douce, a des notes de miel en restant très fluide, parfaitement équilibrée. Moi qui la trouve consensuelle, j’apprends que les Islandais n’adhèrent pas du tout au style de cette bière islandaise acidulée !

Une accolade plus tard, je repars avec le sourire, quelques photos et deux bouteilles de Þorraöl, une bière noire qui vient d’être brassée pour accompagner la fête Viking du même nom. D’après ce que j’ai compris, celle-ci consiste dans les grandes lignes à ripailler pendant plusieurs jours des mets improbables comme de la tête et des testicules de moutons ou encore du requin… Qu’est ce que l’on ne ferait pas à la gloire de Thor !

Focus sur la brasserie islandaise Borg Brugghus

Ma belle découverte de ce séjour est sans conteste l’excellente brasserie artisanale Borg, que j’avais déjà entraperçue sur une collab au Billie’s Craft Beer. Ne cherchez pas leur micro-brasserie dans les rues de Reyjavik ; ils se cachent dans les locaux du géant Ölgerðin, qui distribue entre autres la mauvaise Gull et toutes sortes de sodas. Borg a une sacrée côte, et on comprend pourquoi. Chacune de huit bières islandaises que j’ai eu l’occasion de goûter de leur part a sa particularité, et aucune ne m’a déçu !

biere islandaise
Des robes si belles que l’on se perdrait volontiers dedans

La Snorri et la Hrefna sont certainement les deux recettes les plus surprenantes de l’éventail Borg. La première est une bière d’orge non malté infusée au thym arctique.

Elle a une robe ambrée légèrement trouble, et dégage des effluves fermiers de cidre et de foin. En bouche, elle est très herbacée, finalement fraîche (un petit côté génépi), et légèrement mentholée sur le palais.

Une bière islandaise très intéressante en petite quantité, mais qui laisse place au long terme à une sensation cosmétique un peu désagréable de même que peuvent le faire les bières à la lavande ou à la bruyère…

La Hrefna est elle une Belgian Strong Ale vieillie en fût et infusée à la camarine sauvage, une baie proche de la myrtille. Sa robe foncée et translucide nappe bien mon verre, ce qui laisse deviner son moelleux. Côté arômes, elle offre une palette allant du miel aux baies noires en passant par des notes de caramel qui me font totalement oublier ses 10,5 % !

bière islandaise
Le « Hall of Fame » des bouteilles Borg

Pour finir, je teste la Seamundur Mango Pale Ale à la magnifique robe orange vif. On m’aurait servi un Oasis, je n’aurais pas vu la différence ! L’odeur qui se dégage de la canette à des relents de souffre qui nuisent un peu à la dégustation. En revanche, une fois l’odeur oubliée c’est une vraie explosion de saveurs !

Une très faible carbonatation, des houblons discrets, mais dès la première gorgée je sens presque la texture de la mangue tellement le goût du fruit frais est présent. Moi qui aime les potions magiques, avec Borg me voilà servie ! Si vous la croisez au détour d’une dégustation, ne la rater sous aucun prétexte !


Le meilleur de la bière islandaise en quelques adresses

Mon périple fut long, et je ne peux hélas tout vous conter. Je préfère donc vous laisser avec quelques très bonnes adresses pour boire des bières artisanales islandaises de qualité à Reykjavik ! Commencez par le très célèbre Mikkeller and Friends : C’est un petit bar restaurant ouvert par les Danois de Mikkeller. On y boit une quinzaine de bières à la pression, et quelques bouteilles. Environ une moitié sont brassées par Mikkeller, les autres sont toutes locales.

biere islandaise

Baladez-vous ensuite vers le Kaldi Bar : une micro-brasserie islandaise qui propose également un très large choix de bières locales, de bons conseils, et de la bonne humeur !

Enfin, terminez votre road-trip par un arrêt (obligatoire) par le Skuli Craft Bar : une pointure ! Laissez-vous séduire par sa très belle sélection de crafts locales et internationales, dans une ambiance chaleureuse et propice à la dégustation. Mon préféré 😉

Si d’aventures votre voyage en Islande dépasse les limites de la capitale (ce que je vous conseille), pensez bien à vous hydrater après avoir admirer les geysers et les plages de sables noires ! À Akureyri, par exemple, visitez le Micro Bar R5 : un bar d’hyper-centre à la déco soignée. Un très beau choix de bouteilles et de pressions locales. Et on prend le temps de vous expliquer vraiment la bière islandaise que vous allez boire ! Ou encore le Ölstofa Akureyrar : un tout petit bar en sous-sol qui mérite le détour. Peu de pressions mais un beau choix de bouteilles !

Je vous laisse sur un récapitulatif des meilleures brasseries islandaises, ou du moins mes préférées. Vous pourrez même visiter bon nombre d’entres elles, en prenant directement contact avec elles, ou en passant par des tours opérateurs.

  • Ölverk Pizza & Brugghús :  Breiðumörk 2, Hveragerði ( 40 km de Reykjavik)
  • Segull 67 Brugghús : Vetrarbraut 8-10, 580 Siglufjörður (Nord)
  • Gæðingur Brugghús : Útvík, 551 Sauðárkróki, Skagafirði (Nord)
  • Steðji Brugghús : Steðji, 515/2, (Côte ouest, près de Reykholt)
  • Borg chez Ölgerðin Brugghus (Gull)
  • Einstök chez Vífilfell Brugghus (Viking)

8 Commentaires

  • Répondre LoKan Sardari 18 avril 2019 à 11:19

    Trop top de lire des articles comme ça ! Le nouveau design est vraiment cool aussi ! Good job !

    • Répondre Julie de Une Petite Mousse 24 avril 2019 à 09:03

      Merci beaucoup Lokan ! On vous prévoit de nouveaux articles voyage voyage bientôt promis 😉

  • Répondre Gonzo 18 avril 2019 à 15:21

    Hmm, de très bons souvenirs du Toasted porter de Einstök, qu’on trouve tout simplement en Duty Free à l’aéroport en arrivant. Pro tip : faire des stocks en arrivant 😉

    • Répondre Julie de Une Petite Mousse 24 avril 2019 à 09:03

      On sent les astuces de pro’ ! D’autres bonnes bières de là-bas à nous conseiller ? 🙂

      • Répondre Gonzo 25 avril 2019 à 12:35

        Ça remonte, mais pour le fun (et bon, certes, l’argument marketing de l’eau des glaciers), la « Frozen in Time » de Ölvisholt Vatnajökull (merci google) était légère et claire. La Dark pilsner de la brasserie Kaldi aussi, agréable pour ceux qui aiment ce style de bières, surtout après une rando 🙂

  • Répondre damien 25 avril 2019 à 14:11

    Pourquoi une bière écossaise sur la photo d’ouverture ?
    Y a pas assez à faire avec les islandaises ? 😉

    • Répondre Julie de Une Petite Mousse 25 avril 2019 à 17:07

      Coline n’a pas su résister à l’appel de la Tempest, et la photo nous semblait poétique. Mais pour vous, on va la changer 😉

  • Répondre verhaaren 25 avril 2019 à 19:58

    une très belle histoire qui fait rever et très bien raconter qui fait envie dit aller

  • Laisser un commentaire