Biérologie, Styles de bière

Bière sans alcool : les meilleures du marché, pour déguster sans culpabilité

18 juillet 2019
bière sans alcool

L’alcool, parfois, on ne veut pas. Ou on ne peut pas. Ou tout simplement, on n’aime pas ça ! Il existe une multitude de raisons qui font qu’une boisson alcoolisée n’est pas toujours opportune. Mais cela n’empêche pas d’avoir soif d’une bonne bière ! Heureusement, l’avènement des bières sans alcool est en marche. Un compromis judicieux pour tous ceux qui veulent le plaisir de la bière sans la force de l’alcool ni ses effets planants : mais zéro alcool et bière artisanale sont-ils compatibles ? Nous allons le découvrir ensemble.

Les bières sans alcool se frayent en ce moment un chemin sur le devant de la scène. Une bonne nouvelle pour les femmes enceintes ou ceux qui souhaitent un apéritif sans alcool léger et subtil ! Mais nous devons vous avouer, que réaliser une bonne bière artisanale sans alcool est un vrai défi ! Tandis que nos brasseurs planchent assidûment sur le sujet, notre équipe éditoriale vous dit tout sur l’état actuel du monde de la bière sans alcool…

Prohibition, essor industriel & consommation européenne : la bière sans alcool dans tous ses états

La bière sans alcool prend ses racines aux USA, dans les années 20. A cette époque, c’est la Prohibition : une loi de la constitution américaine qui signe l’interdiction de fabriquer, transporter, importer et vendre de l’alcool afin de réduire les délits et la corruption. En vigueur de 1919 à 1933, cette loi aurait pu faire sombrer bon nombre de brasseries, si elles n’avaient pas eu l’idée de réadapter leur offre en fonction. La bière sans alcool était née !

C’est dans les années 80 que la bière sans alcool industrielle fait son apparition en France… Sans grand succès ! Il faut attendre les années 2000, pour qu’un changement sociétal se profile. Les consommations d’alcool en France chutent alors de façon nette. Suite en partie à différentes campagnes de santé publique, les Français réduisent leur consommation annuelle de vin de 9 litres et celle de bière de 10 litres entre 1999 et 2014 ! En parallèle, ils consomment 10 litres de plus de boisson sans alcool. Des chiffres qui imposent aux fabricants de bière une révision de leur offre pour répondre à ces nouveaux comportements…

Ainsi, le marché des bières sans alcool bondit de 50% entre 2015 et 2016 pour atteindre près de 2% des parts de marché de la bière en France. Une tendance qui se vérifie aussi à l’échelle européenne. En effet, la consommation de bière sans alcool a déjà atteint 4,5% aux Pays-Bas et 6% en Allemagne. Quant à l’Espagne, elle est le pays européen qui bat le record de consommation de bière zéro alcool, avec 18% des parts de marché !

Une bière sans alcool (et sans sucres ajoutés) contient 30 à 40% de calories en moins qu’une bière à 5° !

Des verts insoupçonnées !

L’idéal pour ceux qui souhaitent garder la ligne sans pour autant renoncer aux plaisirs de la boisson maltée. Riche en vitamines (B, B2, B6 et choline), la bière sans alcool a fait ses preuves pour limiter l’inflammation musculaire chez les sportifs. Elle est riche en antioxydants et les acide alpha contenus dans le houblon ont des vertus sédatives.

Comment la fabrique t-on ?

La notion de “bière sans alcool” n’est pas la même partout ! En Belgique, la réglementation exige qu’une bière sans alcool ne dépasse pas les 0,5° d’alcool alors qu’en France, elle pourra atteindre, au maximum 1,2°. En ce qui concerne les méthodes de fabrication, elles s’articulent selon 2 techniques principales. Elles diffèrent en fonction du résultat attendu mais surtout des moyens propres à chaque brasseur. Et dans ce domaine, les brasseries industrielles rivalisent de technicité et d’ingéniosité pour se démarquer de leurs rivales !

Soit on limite la production d’alcool dès la fermentation, soit on retire l’alcool après brassage classique.

1. Limiter la production d’alcool

Le procédé de fermentation basse consiste à brasser à faible température de façon à ne pas trop extraire de sucre des malts. Il faudra aussi choisir des levures “fainéantes” comme la Saccharomices Ludwigii. Cela a pour effet de limiter la production d’alcool mais en contrepartie cela entrave le développement des saveurs de la bière. Pour y remédier, les fabricants ont pour habitude d’y rajouter des arômes pour retrouver les parfums d’un bière classique. Il existe aussi la fermentation rapide, une fermentation démarrée classiquement puis brutalement écourtée. Mais qui dit fermentation rapide, dit plus de sucre résiduel et moins de gaz carbonique et donc moins de bulles. Les brasseurs se voient alors souvent contraints de retirer du sucre et de rajouter du CO2.

2. Retirer l’alcool

Il est également possible de produire une bière sans alcool à partir d’une bière classique par un procédé d’osmose (microgrillage) : la bière va être mise sous pression pour passer au travers d’une membrane organique. Celle-ci va retenir les molécules d’alcool et laisser passer les autres composantes. Emprunté à la viticulture, c’est le procédé idéal pour obtenir un produit en mesure de se targuer d’une quantité d’alcool de l’ordre de 0,0% ABV ! C’est la méthode qui va le mieux conserver le goût original de la bière. Mais la plus coûteuse aussi.

La méthode de l’évaporation se pratique également sur une bière brassée normalement, après sa fermentation finale. En faisant chauffer la bière autour de 80°C entre 30 minutes et une heure, les molécules d’éthanol vont peu à peu s’évacuer. Un peu plus technique mais plus respectueux du produit, le procédé de distillation sous vide a fait des preuves remarquables : en chauffant la bière à une température autour de 35°C pendant plusieurs heures, elle saura préserver ses arômes tout en abaissant son titre alcoolique à moins de 0,5% ABV.

Nos bières sans alcool préférées

Les craft beer sans alcool sont LE meilleur compromis pour celles et ceux qui sont avant tout à la recherche du goût. Les low pale ale comme on les appelle sont encore rares, mais se frayent un chemin sur le devant de la scène. Pour que vous puissiez les repérer en un clin d’oeil, voici une liste non exhaustive de nos favorites !

NANNY STATE : la reine mère

Parmi les bières sans-alcool artisanales, la Brewdog Nanny State est très certainement la plus connue. Cette création des écossais est une vraie réussite. On compte dans cette Nanny pas moins de 8 malts, 5 houblons, et un taux d’IBU à 45 pour une bière affichant à terme seulement 0,5° d’alcool. Un exploit !

Très parfumée, elle présente un nez fortement houblonné, où l’on perçoit des notes de pamplemousse, d’orange, mais aussi de fruits tropicaux. En bouche, on a une attaque très amère et fruitée, pour bien nous rappeler qu’il s’agit d’une bière, nom de nom. Vous percevrez aussi des touches de malt et de caramel, pour un ensemble fluide et légère. La finale est looongue, et amère, pour nous faire oublier que l’on est en présence d’une bière sans alcool. Certainement la meilleur du genre !

ERDINGER & VANDESTREEK : les prétendantes au trône

Citons également la Erdinger sans alcool, une blanche légèrement amère au goût frais et léger ou encore la VandeStreek Playground IPA, très appréciée pour ses notes exotiques et son équilibre unique. Enfin, il se murmure au sein de la communauté des beer lovers que les petites mousses sans alcool (surtout leur IPA) de la Brasserie artisanale québécoise Bock Ale sont absolument à tester !

LA CHAMOISE ABSTINENTE : la nouvelle favorite

Brassée par la microbrasserie montagnarde La Chamoise, cette blonde affiche 0,8° ! Parce qu’elle est locale, qu’elle a tapé dans l’oeil de notre biérologue, et parce que nous sommes convaincus de l’importance de proposer des bières sans alcool, elle est à la carte de notre bar restaurant. Au nez, elle présente des arômes assez intenses et acidulés sur les agrumes et les épices. Elle offre un corps plutôt léger mais avec une bonne pétillance ! En bouche, ses saveurs portent sur les agrumes, les épices et les herbes. Sa finale assez présente avec une intensité équilibrée et une amertume verte… À découvrir !

HEINEKEN : disponible partout dans le royaume

Nous ne pouvions décemment pas l’éviter. Les fabricants de bière industrielle ont fait de gros progrès en matière de bière sans alcool ces dernières années. La Heineken® 0.0, à 0,0% ABV ! Cette bière bénéficie de la technologie d’osmose, ce qui lui permet de se targuer d’un taux d’alcool nul. Sa saveur reste très très limitée (pour ne pas dire absente), mais elle a au moins le mérite d’être disponible très largement pour les jours de grandes soifs en été. Elle se partage le marchée avec la Kronenbourg Pur Malt à moins de 1% ABV. Cette dernière est obtenue par fermentation lente à basse température stoppée rapidement par un abaissement brutal de la température. À tester les jours de grande disette 😉


ELa bière sans alcool est une tendance qui monte, et c’est une excellente chose. Mais face aux industriels, les brasseurs artisanaux ne sont pas égaux. Qu’à cela ne tienne, bon nombre d’entre eux ont ce projet ambitieux sur le feu ! Tout cela n’est qu’une question de temps et nous sommes prêts à parier que dans quelques années la craft beer sans alcool aura envahi nos bars, coulant à flot dans nos chopines. Et qu’enfin, nous pourrons apprécier la bière… sans modération.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire