Picon bière, retour en force d’une tendance plus vintage que ringarde !
Recettes à la bière

Picon bière, retour en force d’une tendance plus vintage que ringarde !

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme : après avoir rythmé les apéritifs de nos grands-parents du nord de la France, le Picon Bière pourrait bien faire un retour fracassant à la carte des bars les plus branchés. Alors, alcool de vieux, tour de force marketing ou véritable pilier de la culture bar française ? On détricote le mystère amer de cette recette bière légendaire

Il y a quoi dans un Picon Bière ?

Du Picon, et de la bière. Voilà, c’est tout, merci au revoir !

Plus sérieusement : le Picon bière est donc le nom donné à une boisson apéritive qui convoque donc du Picon et la bière de votre choix (blonde ou blanche). Et le Picon, c’est un amer. Aussi appelé « bitter » ou « amaro », il s’agit d’une liqueur élaborée avec des plantes médicinales, à l’instar de la Chartreuse ou du Génépi. Ici : bigaradier, gentiane et quinquina.

Sur-représenté dans l’Est de la France, dans le Nord, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg, l’amer présente une jolie robe couleur caramel et est élaborée avec des zestes d’orange séchés, des racines de gentiane, des écorces de quinquina. Ces plantes macèrent dans de l’alcool auquel on ajoute sirop de sucre et caramel. Sa consommation est 1000 fois plus élevée dans le Bas-Rhin que dans tout le reste de la France !

On réalise le Picon bière directement au verre : 3cl de picon qu’on recouvre de 12cl de bière en remuant à la cuiller.

QUELLE BIÈRE AVEC LE PICON ?

Nombre de bières se prêteront au jeu, mais on vous conseille d’éviter les IPA : on part déjà avec un bon taux d’amertume, autant ne pas écraser les papilles tout de suite. Une bonne Lager ou une Pils très légère seront idéales pour déguster l’association au coeur de l’été. Si vous n’avez pas froid aux yeux, vous pouvez tenter l’Irish Picon, qui marie Guinness (ou tout autre bière brune), Picon… et sirop de grenadine !

Le consensus général reste pour autant que le Pic’ sert à masquer le goût d’une bière passable, du genre pilsner industrielle sans grand intérêt gustatif. On se gardera donc bien de le mélanger à nos précieuses bières artisanales aux goûts complexes : ces derniers finiraient masquées sous une dominante d’orange amère !

Origine du Picon bière

L’histoire commence dans les années 1800, quand le jeune Gaëtan devient apprenti dans une distillerie après que la famille Picon a quitté sa ville natale de Gênes. Durant ses années dans l’armée lors des conquêtes napoléoniennes en Algérie, il élabore une eau-de-vie macérée afin de lutter contre les effets fiévreux d’une maladie attrapée sur place. L’alcool évite de boire de l’eau contaminée qui répand la dysenterie, les plantes font baisser la fièvre et l’orange apporte un boost de vitamine C : Gaëtan guérit !

Pas mécontent du résultat, il améliore sa recette pour la commercialiser en 1837 sous le nom « d’amer africain ». En 1862, le sous-préfet de Philippeville invite Gaëtan a présenter sa boisson à l’Exposition Universelle de Londres aux côtés d’autres industriels français. Devant son refus, il envoie lui-même une caisse de la boisson caramélisée. Cette dernière remporte la médaille d’argent : la success-story du Picon est lancée !

De retour en France, le fils prodige ouvre sa première usine à Marseille, et trouve le nom par la même occasion. Peu à peu, c’est tout le quartier environnant qui a pris ce nom, et on trouve même la gare de Picon-Busserine dans le 14e arrondissement de la ville ! Inventé en Algérie et lancé sur la côte d’Azur, l’alcool s’exporte pourtant vite du bassin méditerranéen à la mer du Nord, où il devient l’apéritif le plus consommé.

UNE LIQUEUR QUI CRÈVE L’ÉCRAN

Si notre fameuse boisson mariée à la bière est aussi célèbre chez les dernières générations, c’est qu’elle s’est parfaitement fondue dans leur environnement culturel. Aussi, on compte de nombreuses excursions musicales dans des chansons célèbres : Bourvil, Renaud, Mano Solo, Patricia Kaas, Thomas Fersen ou encore Mickey 3D parlent de la bouteille ornée d’un général à cheval.

Mais c’est bien au cinéma que le cocktail picon biere doit une partie de sa postérité… L’apéritif devient très célèbre lorsque Marcel Pagnol le fait figurer dans son film Marius, en 1931. On y assiste à une célèbre scène du cinéma français, celle du « verre à quatre tiers » où l’on découvre la recette du Picon-Citron-Curaçao :

Tu mets d’abord un tiers de curaçao. Fais attention : un tout petit tiers. Bon. Maintenant, un tiers de citron. Un peu plus gros. Bon. Ensuite, un BON tiers de Picon. Regarde la couleur. Regarde comme c’est joli. Et à la fin, un GRAND tiers d’eau. Voilà.

Tirade de César dans la pièce Marius, Marcel PAgnol

La postérité est atteinte lorsque Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo le portent à leurs lèvres dans le film Un Singe en Hiver de Henry Verneuil en 1963. Les deux superstars incarnent respectivement Albert Quentin et Gabriel Fouquet, patron et client d’un bar-hôtel qui décide de s’enivrer avec notre chère liqueur.

Le dernier clou dans le cercueil est porté par le cultissime Père Noël est une Ordure au cours duquel Zézette accuse son compagnon d’avoir abusé du duo. C’était en 1982, et depuis, notre bière au Picon n’a plus eu de grand rôle : parions que cela changera surement dans le futur, entre le renouveau des alcools d’antan & la tendance inébranlable de la bière artisanale !

200 ans de tradition et de beaux jours devant lui

On l’associe donc volontiers à nos papys : très désuet voire franchement ringard. Et pourtant, comme de nombreux « alcool de vieux » à l’instar de la Suze, la liqueur d’orange semble bien décidée à se faire aimer du jeune public !

On trouve ainsi une variation du célèbre Spritz, LE cocktail tendance des années 2019/2020 : on remplace simplement l’Apérol par le Picon aux côtés du Prosecco, et le tour est joué. Moins amer que son cousin du Nord (mais tout aussi orangé), l’Apérol italien est pourtant qualifié chez nos voisins transalpins de bitter. La recette initiale du cocktail fait appel à du Campari, une liqueur autrement plus amère…

Mais tous restent très proches, et sont les leaders du come-back actuel des liqueurs d’antan. Il était une Pub le pressentait en 2016 déjà, et Elle y a consacré un dossier en 2020 : ça s’appelle le rétromarketing, ça surfe sur l’amour de la nostalgie, la folie du vintage, et ça fait un carton ! Attendez-vous donc à voir surgir des Picon Bière sur toutes les terrasses cet été…


picon-biere

Quelques faits d’arme à distiller au prochain apéro pour épater les hipsters :

  • à l’origine de 21°, la teneur en alcool descend à 18° en 1989
  • dans les Flandres belges, on mélange plutôt l’apéritif à l’orange au vin blanc (et non à la bière)
  • en 2003, 70% des stocks de la marque étaient écoulés dans le Nord et l’Est de la France
  • il existe une saucisse alcoolisée, la piconwurst, en Moselle
  • aujourd’hui la marque appartient à Moët Hennessy Diageo, une joint-venture des groupes LVMH et Diageo
  • on distingue le Picon Club (pour les cocktails) du Picon bière (pour la bière donc) et du Picon Citron (aux arômes et zestes de citron)
  • mélangé au champagne, on obtient un Picon Royal ou Picon Wall Street


Pour aller plus loin dans l’amertume…

Découvrez d’autres idées de cocktails et boissons à base de bière :

Suivez-nous :

Julie de Une Petite Mousse