Biérologie, Zoom Brasseries

La Tripel Karmeliet : ses arômes, son histoire, ses accords !

14 avril 2016

Son petit nom vous est forcément familier : la Tripel Karmeliet (ou Karmeliet Triple) est un incontournable pour tout amateur de bières belges qui se respecte. Aujourd’hui, nous avons décidé de vous en dire un peu plus sur cette création de la brasserie Bosteels, également célèbre pour la Kwak que vous connaissez sans nul doute ! Cette bière de fermentation haute, que l’on peut considérer comme un grand classique, possède néanmoins des caractères originaux qu’il est bon de vous raconter…

La Tripel Karmeliet : la recette d’un succès

La recette de cette bière a été inventée au XVII ème siècle par les Carmélites de Dendermonde dans un couvent en région Flamande. Il s’agit, comme son nom l’indique, d’une bière triple, c’est à dire une bière de fermentation haute refermentée en bouteille (et donc triple fermentation). Mais ce qualificatif renvoie également à une seconde particularité : sa recette ! En effet, la recette élaborée par les Carmélites comporte un malt constitué de trois céréales, l’orge, le froment et l’avoine !

Brassée pour la première fois en 1679, sa production a été relancée en 1996 en restant fidèle à sa recette initiale. La Tripel Karmeliet remportait déjà l’approbation générale au XVIIème siècle, et en fait de même aux XXème et XXIème siècles ! Preuve en est, elle atteint le score incroyable de 99/100 sur le site de notation Ratebeer. Elle dépasse même les 4/5 au sein de la communauté Une Petite Mousse ! Et ce n’est pas un hasard non plus si elle décroche la 3ème place de notre Top 10 des meilleures bières belges

Quels arômes pour cette jolie Karmeliet ?

Servie dans son verre tulipe au design sur-mesure permettant à la mousse et aux arômes de s’exprimer pleinement, cette jolie blonde présente une robe dorée que précède un col de mousse crémeux. Au nez, elle fleure bon la vanille et le citron. On retrouve ces touches épicées et sucrées dès la première gorgée, relevées de notes de houblon. Mais saurez-vous reconnaître les différentes flaveurs apportées par ses trois céréales, l’orge, le froment et l’avoine ? Sa texture, à la fois sèche et crémeuse rend la Tripel Karmeliet délicieusement équilibrée malgré son 8,4°.

Dès la deuxième lampée, on sait déjà que cette bière Karmeliet fera partie de nos favorites ! D’ailleurs, voici ce que dit Mathilde, notre biérologue avisée, au sujet de cette douce blonde :

Ce qui frappe d’emblée lorsque l’on sert une Karmeliet, c’est le dôme impressionnant de mousse crémeuse qui emplit son verre ! Le nez révèle des arômes fruités, agrumés et des notes de céréales. Tous ces arômes se retrouvent en bouche démultipliés avec l’ajout de houblon.

Mathilde, notre biérologue

Accords Tripel Karmeliet & fromages

La popularité de la bière Triple Karmeliet la rend facile à se procurer, aussi bien à la pression d’un bar (et pas uniquement dans des Hauts-de-France !) qu’en bouteille chez tous les bons cavistes. C’est l’occasion de la déguster entre amis, autour d’un plateau de fromages, histoire de joindre l’agréable à l’agréable.

Notez-le, les bières blondes se marient souvent très bien avec le fromage. Les plus légères avec des fromages doux ou frais, et les plus fortes avec des fromages de caractère ! La Karmeliet Tripel est une bière ronde, épicée et sucrée. Les fromages idéaux seront un vieux comté, un vieux gruyère ou du cheddar ! Les inconditionnels de fromages tendres et coulants trouveront quant à eux l’harmonie avec un munster, un Langres ou un Epoisses.


Vous voilà maintenant fin prêt à faire l’éloge de la bière Karmeliet Triple face à tous vos amis ! Cette petite mousse blonde dorée à la saveur inimitable est devenue un grand classique pour la plupart des Français comme des Belges, succès AMPLEMENT mérité. Son goût authentique, houblonné et fruité, en fait une bière d’exception, abordable et parfaite en toutes circonstances. Mais toujours, à consommer avec modération, bien entendu.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire