Brasserie bière et grands groupes mondiaux : qui est qui ?
Biérologie

Brasserie bière et grands groupes mondiaux : qui est qui ?

De la même manière que Danone, Dove et Nestlé appartiennent à la même multinationale (Unilever), le lien entre brasserie bière et groupe mondiaux n’est parfois pas évident à saisir. On vous décrypte pour cela les liens au niveau international entre les grandes marques de bière.

Brasserie bière industrielle, qui sont les géants du secteur ?

En terme de volume de bières brassées, Anheuser-Busch InBev (alias AB InBev) est le numéro 1 mondial. Ce groupe brassicole belgo-brésilien regroupe un nombre incalculable de brasseries, même celles qu’on pouvait soupçonner d’être indépendantes… ou du moins assez grosses pour être autonomes. Au sein de cette structure tentaculaire, on retrouve Leffe, Jupiler et Hoegaarden. Mais aussi la superstar américaine Bud-Light, Budweiser, Stella Artois ou encore Corona.

Face à lui, SAB Miller : un groupe américain dont les bières ne sont pas forcément les plus exportées en France. Il compte pourtant la Belgian Blue Moon, Gambrinus, Peroni… Des bières d’Amérique du Nord et du Sud, mais aussi quelques marques australiennes. Beaucoup de Pils et de Lager en son sein, ce qui n’a rien de surprenant compte tenu de la prédominance de ce style outre-Atlantique.

Viennent ensuite Carlsberg et Heineken, respectivement Danois et Néerlandais, qui ont décidé d’opérer en consortium. Ils rachètent des brasseries marques ou groupes à deux, et se les répartissent. Ainsi, en 2008, ils ont fait main-basse sur Scottish & Newcastle (6ème groupe mondial à l’époque) : 1664 et Kronenbourg pour Carlsberg, Beamish, Lagunitas et Mort Subite pour Heineken.

Si les deux ont décidé de garder le nom de leur bière phare, ils comptent en réalité dans leur giron des marques de bières insoupçonnés. Desperados, Affligem, Pelforth, Grimbergen… sont autant de noms de bières industrielles gérées par le géant des Pays-Bas.

La bière Tourtel pourrait sembler une marque française indépendante, mais elle est en réalité une filiale de Kronenbourg SAS, société qui appartient elle-même à Carlsberg.

Source : LSA

Des marques de bières mondiales dignes de brasseries artisanales ?

Certaines brasseries de bières de renommée internationale ont pourtant véritablement percé en étant de base des petites structures. Chacune a évidemment évolué dans des conditions différentes mais en ayant su préserver l’authenticité de ses recettes. Voici 3 grandes marques restées indépendantes et qui ont su s’imposer à l’échelle mondiale sans renoncer à la qualité et au savoir-faire des premiers jours.

L’épopée Guinness

Le 31 décembre 1759, Arthur Guinness signe le bail d’une brasserie désaffectée pour y brasser une recette de stout, un style inspiré du Porter, alors très en vogue à l’époque. Au 19 ème siècle, l’entreprise d’Arthur croît au rythme de l’expansion de l’Empire Britannique et la Guinness conquiert d’abord Lisbonne en 1811, New York en 1840 puis la Nouvelle Zélande en 1858. A la fin de ce même siècle, c’est la plus grande brasserie au monde !

3 siècles plus tard, 13 millions de pintes de Guinness sont bues chaque jour dans le monde au travers d’une gamme finement développée, allant d’une douce Lager comme la Hop House, aux bières brunes les plus corsées telles l’Export Stout. Notez enfin que la Kilkenny, bière que l’on pourrait penser rivale de la Guinness appartient en réalité au même groupe fondé par Guinness, Diageo.

Le cas Chimay

En Belgique, l’Abbaye cistercienne de Notre-Dame de Scourmont brasse de la bière depuis 1863. En 1948, le père Théodore De Haene quitte temporairement les ordres pour quelques temps à l’Université. C’est là qu’il développe une prodigieuse nouvelle levure de bière. Grâce à ce trésor, les moines développent la recette innovante et secrète d’une bière de Noël, qui voit le jour en 1958. Il s’agit de la Chimay Bleue.

Toujours brassée sour la surveillance des moines, elle figure aujourd’hui dans le cercle très fermé des 12 brasseries trappistes homologuées par l’ATP ! Des dizaines de milliers d’hectolitres sont brassés chaque année conformément à la superbe recette de 1958 ; la moitié pour le marché belge, le reste pour l’étranger.

La success story Brewdog

L’histoire de Brewdog débute en Ecosse en 2007 quand James, Martin et leur labrador décident de vendre leurs propres bières artisanales sur les marchés locaux. Lassés de l’uniformité des bières industrielles, ils entendent bien redonner leurs lettres de noblesse aux levures, malts et houblons. Leurs bières trouvent très vite un public et en quelques mois se retrouvent en rayon des magasins Tesco !

Grâce à des campagnes de crowdfunding, Brewdog se développe à la vitesse de l’éclair et parvient à s’exporter en Suède, au Japon et aux USA. Avec une production annuelle de plus de 4000 hectolitres, BrewDog devient, 3 ans après son lancement, la plus grande brasserie indépendante d’Écosse ! Aujourd’hui, Brewdog ce sont 1500 employés, plus de 75 bars à travers le monde, et 60 pays où trouver leurs délicieuses créations…



Pour aller plus loin…

Découvrez notre article sur la différence entre brasserie industrielle et brasserie artisanale et parcourez nos articles dédiés au meilleur de la bière :

Suivez-nous :

Julie de Une Petite Mousse