Biérologie, Styles de bière

Bière Pale Ale : de la West Coast à Rhône-Alpes, qu’est-ce qui se cache derrière ce style ?

23 avril 2016
Pale Ale

La Pale Ale est partout ! American ou India, blonde ou ambrée, douce ou chaleureuse : ce style de bière est présent partout, mais jamais jusqu’à l’overdose. Justement parce que derrière ces 2 mots se cache une infinité de bières différentes, dont vous ne ferez jamais le tour. On vous décortique aujourd’hui ce style, avec 5 bières made in Rhône-Alpes, notre chère région d’origine !

Bière Pale Ale, de la définition à la pratique

La définition stricto-sensus de la Pale Ale est…. vague. Wikipedia les traduit en français par « bière ambrée ». Merci Wiki ! Notre article sur les bières ambrées comporte bien des Pale Ale, mais les deux concepts sont pourtant bien différents. Une pale ale est une Ale : une bière d’inspiration anglaise, à fermentation haute. Brassée au malt pâle, la pale ale est un type de bière qui propose un goût caramélisé typique, un corps sucré et un taux d’alcool faible.

Parmi tous les styles de bière, c’est sans doute l’une des plus vastes familles. Plusieurs bières peuvent se cacher derrière ce titre de « pale ale ». Peut-être un peu trop pour former un groupe homogène ? On a donc finit par y regrouper des bières d’inspiration anglo-saxonnes, comme les American Pale Ale ou les India Pale Ale (IPA).

Mais au-delà de la théorie, une pale ale, ça se boit. Par chauvinisme, et pour montrer que la France n’a pas de quoi rougir en terme de bière artisanale, nous avons choisi 5 bières pour illustrer le style Pale Ale, entre États-Unis et Rhône-Alpes. On y va ?!

5. Anchor Liberty Ale · Pale Ale Américaine par excellence  

pale ale anchor

« O’er the land of the free and the home of the brave. »

Un joli jour de printemps 1775, à Boston, à l’aube de la Révolution américaine, un jeune garçon surprit une conversation entre deux soldats britanniques : l’armée de Sa Majesté allait passer à l’offensive et écraser les meneurs rebelles avant qu’ils soient organisés.

Le garçon courut prévenir Paul Revere, l’orfèvre local et sympathisant des rebelles : sans attendre, Paul se mit en selle pour chevaucher toute la nuit , taper aux portes sur le chemin, répandre la nouvelle et prévenir les patriotes de l’attaque imminente. Le lendemain, l’armée colonialiste se retrouva face à des milices locales préparées à l’assaut : la bataille de Concord devint la première victoire des futurs États-Unis.

Deux cents ans plus tard, pour célébrer cette aventure, la Anchor Brewing Company de San Francisco commença à brasser sa Liberty Ale. Une American pale ale titrée à 5,9 %, faite dans le respect des traditions et l’amour des bons ingrédients (tel le houblon Cascade). Américaine jusqu’au bout des ongles, son étiquette crie au patriotisme. En la regardant, on rêve déjà aux cowboys et à cet esprit pionnier du Nouveau-Monde, qui finira par amener l’homme sur la Lune et populariser le hamburger.

La Liberty Ale dévoile une belle couleur ambrée sombre et une mousse fine. Au nez, le parfum des fleurs et du caramel sous une bouffée généreuse de houblon. En bouche, c’est le caramel qui mène la danse, mais le houblon ne se fait pas oublier, ainsi qu’un soupçon fruité et une finale amère. On obtient en fin de compte une bière américaine de qualité, et une introduction aux délices de la Pale Ale.

4. Caulier 28 Pale Ale – la Belge

pale ale caulier

La brasserie Caulier a une histoire troublée, qui parcourt la Belgique dans le temps et l’espace. Dès la fin du XIXe siècle à Bruxelles, on trouve des traces de Caulier dans les grands bâtiments de la révolution industrielle. C’est là que naît leur fleuron, la Caulier 28 (ainsi nommée car sa recette utilise 28 kg de grains pour 100 litres de bière).

C’est en 1933 qu’un Caulier monte sa propre brasserie à Péruwelz, dans le Hainaut wallon, près de la frontière française, avant de faire faillite en 1970… Pour mieux renaître de ses cendres en 1995, grâce à des héritiers de la famille.

Ils brassent la Caulier 28 et leur gamme de bière Bon Secours, et récupèrent les droits sur la Paix Dieu. Une bière brassée uniquement les nuits de pleine lune, une fois par mois, dans les règles ancestrales de son abbaye d’origine. Ils brassent également une série de bière sans sucre, pour la compagnie Bien Être Développement.

En 2008, la nouvelle brasserie Caulier fait encore faillite ! Sacrebleu ! Ils ne se laissent pas décourager – ils repartent de l’avant , jusqu’à aujourd’hui encore. Mais dans l’affaire, ils perdent la Caulier 28, passée aux mains de Bien Être Développement – qui se renomme Caulier Développement (alias Maison Caulier), basée à Ghislenghien sur la commune d’Ath, pas très loin de la brasserie-mère.

La Caulier 28 Pale Ale se présente comme une bière blonde de dégustation, brassée au malt grillé et au houblon Simcoe. Son houblon Simcoe lui donne des arômes d’agrumes, contrastées par de belles pointes de malt légèrement rôti. La bouche est rafraîchissant, bien équilibrée entre les arômes fruités de houblon et la douceur du malt. La fin de bouche reste sur l’amertume, fine et fruitée.

3. IPA de la Brasserie du Mont Salève – l’India Pale Ale

La Brasserie du Mont Salève est une petite production artisanale sur les pentes de la montagne. Ils soutiennent le renouveau de la brasserie artisanale française, bio – rompant avec les recettes classiques, ils produisent une gamme variée de bouteilles, blonde / brune / ambrée mais aussi rousse, noire, tourbée, et même une cervoise sans houblon

Ils jouent sur une plage aromatique large et des idées nouvelles. Par contraste, leurs étiquettes s’inspirent des affiches du téléphérique du Salève des années 1930. Installée sur une petite montagne française à la frontière, il permet une fois au sommet d’admirer le Lac Léman et la Suisse toute proche.

Cette création de leur part est une pale ale ambrée aux houblons Amarillo et Simcoe, titrée à 6,7 %. Elle livre des senteurs délicates de fruits et de fleurs. En bouche, l’amertume maltée accompagne des saveurs de caramel, d’agrumes et de fruits exotiques.

2. La Thou – la meilleure blanche

Pale Ale blanche

La Thou est une pale ale blanche française (à différencier d’une american pale wheat ale). Elle vient de la ferme-brasserie Rivière d’Ain (ex Maison de Brasseur), une petite entreprise basée à Jujurieux, dans l’Ain.

La brasserie a été créée en 2005 par Patrice Pobel. Fils d’agriculteurs, il a suivi le fil de ses études et de ses emplois. Il a été pour un temps cowboy dans l’Outback australien… avant de revenir à la terre de son enfance et ses amours brassicoles. Après des années d’efforts, 2013 voit la consécration de sa bière blanche : la Thou est sacrée « meilleure pale ale du monde » au World Beer Award !

La Thou est donc une bière blanche française, au blé et à l’orge, titrée à 5,4 % et brassée au fourquet de bois. Son nez est frais et doux, des arômes de céréales ; en bouche, on sent en plus les notes d’agrumes et de citron vert. Les levures de la fermentation en bouteille tapissent le fond. Une bière équilibrée et originale, qui fera un tabac pour une dégustation entre amis.

1. Galibier Alpine – la surprise

pale ale galibier

La brasserie Galibier se niche au cœur des Alpes, au pied des glaciers – dans leur village de Valloire à 1450m d’altitude, elle se présente comme la plus haute brasserie de France. Profitant de l’eau des sources de montagnes, on y produit des bières françaises de qualité. Nous avons déjà parlé de leur bière blanche Avalanche, mais leur Pale Ale est elle aussi une excellente surprise !

La Galibier Alpine est une Pale Ale blonde, titrée à 4,8 % – brassée avec l’eau des glaciers et quatre types de malt d’orge. Et c’est un coup de cœur !

Dès le nez on sent les arômes frais de fruits, d’herbes et d’agrumes. On les retrouve en bouche, avec les saveurs du malt et une amertume légère. Une bière fine, très fraîche et pleine de saveurs – et un succès entre amis garanti.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire